Plaine Images La French Tech Blanchemaille I love Roubaix Pôle Régional Numérique (PRN) Campus des métiers et des qualifications Image numérique et industries créatives

Un mapping réussi pour un public conquis !

nord-eclair-dofus-alaune

Roubaix : des tirs en rafale sur la façade de la gare… pour le jeu en mapping inspiré de Dofus

« C’était trop bien, génial ! » Si le mapping de ce soir sur la façade de la gare de Roubaix a plu certains, c’était à Youssef, Yann, Rachid, et bien d’autres gamins d’une dizaine d’années, qui ont profité de l’occasion unique de transformer un bâtiment public en console de jeux. Grâce aux étudiants de Pôle IIID, qui se sont inspirés de l’univers d’Ankama.

Un bouton pour aller à gauche, un autre à droite, le troisième pour tirer. On ne peut faire plus simple ! Il y avait une jolie file d’attente ce samedi soir pour s’essayer au jeu, projeté en mapping sur la façade de la gare de Roubaix. Le principe : tirer le plus possible pour dégommer des espèces de monstres tombant du ciel avant qu’ils ne touchent le sol. Sauf que le sol, c’était le bas de la verrière de la gare de Roubaix : un peu plus grand que la télé du salon !

Ce spectacle était l’œuvre de quinze étudiants de l’école de création numérique de Roubaix Pôle IIID, qui ont – une prouesse –, conçu cette animation en deux semaines à peine, sous la houlette des Rencontres numérique et en s’inspirant (vraiment très librement) de Dofus, l’univers créé il y a de nombreuses années par Ankama. Dofus, qui après le jeu vidéo et les séries animées, naîtra le 3 février sous forme de long-métrage. Un produit 100 % fabriqué à Roubaix. Et pour marquer le coup, c’est à 500 mètres à peine des studios d’Ankama et des salles de cours de Pôle IIID que le spectacle a eu lieu.

Cool… ou lassant

Près de 300 gamers et curieux ont assisté à la séance, moins confortablement installés que sur le canapé. Car pour bien voir, il fallait se mettre bien en face, en grimpant sur le rond-point. À quelques minutes du début, Benjamin et Camille, deux étudiants de 3e année à Pôle IIID, étaient impatients de voir ce que les élèves de 5e année avaient pu concevoir. Dans la foule des anonymes, Sullivan, un ancien adepte des jeux d’Ankama, trouvait cela « plutôt cool ». Même si, très objectivement, passé 15 ans, le spectacle n’a pas forcément convaincu tout le monde. « Visuellement, c’est assez lassant… » soupirait même un père de famille – une partie durait, générique compris, une dizaine de minutes. Pour un mapping, ça n’avait évidemment rien à voir avec celui, très artistique, qui a repeint la façade de la cathédrale de la Treille à Lille. Mais on retiendra que le jeu vidéo, ça ne se joue pas que sur une console, un PC ou un smartphone. Une gare fait tout aussi bien l’affaire.

Source : http://www.nordeclair.fr/